schliessen
Donare ora

Mission à Douala avec Mercy Ships

Séjourner sur le Mercy Ships Africa, une expérience hors du commun

"Mai 2018, invitée à séjourner sur le Mercy Ships amarré à Douala (Cameroun), je ressens une certaine appréhension. Bien qu’ayant vu de nombreuses photos du bateau-hôpital, je projette plein d’idées préconçues : un vieux paquebot grinçant, le mal de mer, un hôpital surbondé, équipé de manière sommaire, des patients aux pathologies rares et graves, le risque de paludisme, d’enlèvement par un groupuscule friand d’humanitaires… Je m’apprête pourtant à faire un voyage qui bouleversera, de manière subtile, ma vision de l’altruisme. Après un vol agréable, l’aéroport de Douala, m’attend. Le port n’est qu’à une vingtaine de minutes en voiture, parcourus dans une imposante Jeep aux couleurs de Mercy Ships. Arrivée sur le quai, après avoir franchi deux check points, le Mercy Ships Africa s’impose à ma vue. Un immense paquebot blanc – en réalité un ancien ferry réaménagé - rutilant, magnifique, aux abords duquel sont plantées 3 ou 4 tentes gonflées, médicalisées, ainsi qu’un long abris en bois ou quelques patients attendent leur consultation en cette fin de journée crépusculaire, encore écrasante de chaleur."

 

Un mode de vie unique sur un campus flottant

"Première surprise : en pénétrant dans le bateau, un espace frais, net, tel un bateau de croisière. La cafeteria est immense et deux buffets regorgent de nourriture variée et des plus succulentes. Au bas du bateau, j’y découvrirai un étage hospitalisé. Les autres étages, communs, ressemblent à un immense campus où se croisent des dizaines d’humanitaires, médecins, soignants, personnel de logistique, administratif… Lors de la visite détaillée du bateau, j’y découvrirai des appartements dans lesquels logent des familles entières, parfois depuis 15 ans, une école allant de la classe enfantine à un niveau gymnasial, un espace muni d’ordinateurs, plusieurs salons confortables, une petite piscine installée au deck supérieur et, apparition surréaliste, l’unique Starbucks d’Afrique, planté au milieu de l’atrium, servant de point de ralliement tout au long de la journée. Il règne sur le Mercy Ships une ambiance sereine, bienveillante dans laquelle cohabitent près de 400 bénévoles de toutes nationalités, et une organisation très américaine, bien rôdée, parfaitement managée et structurée. Beaucoup d’humanitaires que j’y ai rencontré se trouvent à bord du Mercy Ships, seuls, en couple ou en famille, depuis de nombreuses années. Ils ont renoncé, de par leur statut, à toute rémunération tout en s’acquittant des frais liés à leur séjour (logement, nourriture). Et mènent une vie unique : bien que leur cadre de vie reste identique – même poste de travail, même restaurant, même voisins, même école, même appartement – leur environnement extérieur change chaque année, au gré des côtes africaines accostées par le Mercy Africa. Une existence objectivement unique."

 

La communauté suisse, un cercle soudé et chaleureux

"La communauté suisse, représentée lors de ma venue par une quarantaine de personnes, s’est réunie pour nous accueillir chaleureusement. Je suis surprise de cette attention et de leur présence. Ce geste me touche et je ressens à cet instant un réel sentiment d’appartenance à mon pays d’origine, une fierté, un dialogue commun qui se tisse avec des compatriotes qui ont choisi de mettre entre parenthèse leur vie bien établie dans notre beau pays pour offrir leurs compétences à des personnes malades et démunies, à quelque 6'600 kilomètres de leur pays d’origine. Notre délégation a pensé à apporter divers chocolats que nous dégustons tout en évoquant la vie sur le bateau et les raisons qui ont amené ces Suisses à s’engager pour le Mercy Ships. J’y rencontre plusieurs jeunes, âgés de 20 à 25 ans, venus y faire leur stage dans le cadre de l’EHL. Je les interroge sur leur mode de vie. Ne s’ennuient-ils pas dans un bateau-hôpital ? Ils me parlent des soirées cinéma, organisées devant un grand écran déployé dans la salle de séminaires, allongés sur la moquette, confortablement calés sur de gros coussins, des virées régulières dans Douala le soir, toujours en petits groupes, du marché local, des parties de volley-ball improvisées sur le quai, des rencontres. Certains expriment leurs croyances religieuses et leur plaisir à assister chaque matin à la messe, enjouée, chantante, qui inonde l’atrium sous l’impulsion de l’aumônière, une Africaine aux vêtements excentriques, toute en douceur et en rondeur, qui se joint volontiers aux différentes tablées aux heures des repas, portant son intérêt sur notre vie, nos intentions."

 

Le Docteur Gary, personnage emblématique du Mercy Ships

"C’est sans aucun doute la plus petite, la plus anglaise enclave qu’il m’ait été donné de découvrir, le bureau du Docteur Gary Parker, mieux connu sous le nom de « Docteur Gary ». Ce chirurgien extraordinaire, imposant par sa carrure, son calme, son sourire fait souffler sur son passage un vent d’admiration tant son engagement est impressionnant. Unique chirurgien permanent sur le bateau, accomplissant sans répit des interventions maxillo-faciale des plus complexes, le Dr Gary vit sur le bateau-hôpital depuis 30 ans, avec sa famille. En reconnaissance des quelques 400 interventions réalisées lors de la mission camerounaise en 2018, le Dr Gary a été honoré, à titre exceptionnel, au rang de chevalier de l’Ordre national de la Valeur. Autour de ce personnage emblématique, de nombreux médecins venus de toutes les nations, mettent leurs compétences en orthopédie, ophtalmologie, chirurgie plastique et soins dentaires au service de la population démunie qui bénéficie ainsi des soins les plus pointus en toute gratuité. Nombreux sont ceux qui reviennent chaque année, de manière récurrente, tel le Pr André Mermoud, ophtalmologue au sein de Swiss Medical Network, réputé tant pour ses compétences chirurgicales que pour son engagement humanitaire en Afrique où il se rend bénévolement depuis 20 ans, pratiquant à chacune de ses missions des opérations du glaucome qui sauveront de la cécité totale des centaines de patients. Durant la mission camerounaise de 10 mois, l’équipe médicale et soignante composée de quelque 400 humanitaires bénévoles aura ainsi réalisé plus de 13'500 interventions chirurgicales à bord et fait bénéficier 1400 médecins camerounais de formations courtes durées pour un transfert de compétences."

"Au terme de ce vision trip, mon engagement s’est trouvé conforté, renforcé et ma motivation à soutenir les activités à bord du Mercy Ships partagé auprès des dizaines de médecins, soignants et collaborateurs de Swiss Medical Network qui effectueront à leur tour cette immersion dans les mois et années à venir et en reviendront, sans nul doute, riches de ce bouleversement subtil et profond qui fut le mien au terme de cette expérience hors du commun."

 

Karin Kotsoglou
Manager
Genolier Foundation
Mission réalisée en mai 2018